I – Précisions et précautions – Les Chiffres au fond des nombres (sous le regard du Théâtre)

Posted by on Oct 1, 2015 in Les Chiffres au fond des nombres

Le sous-titre de cette étude suscite aussitôt une exclamation de bon sens : que vient faire le Théâtre là-dedans ! Mais le bon sens manque souvent de curiosité. Cette exclamation est aussi une question : qu’est-ce que le Théâtre a à voir avec Les Chiffres ?

 Le Théâtre a à voir avec beaucoup de choses. Si ce n’est avec toutes les choses. Avec le monde et avec sa matière. Oui, avec sa matière parce que celle-ci est la conséquence du processus fondamental de « Re-présentation ». En élaborant les représentations qu’il nous donne, le Théâtre témoigne du processus de Re-présentation, mais ce témoignage nous ne le percevons plus, nous nous en tenons aux thématiques, aux esthétiques et aux effets de manche. Nous nous en tenons au spectacle, que ce soit celui du texte ou du geste.

 Si nous dépassons le spectacle, si nous dépassons les petits jeux mécaniques des répliques et des actions, nous sommes en présence du grand jeu Théâtral dont l’esprit est proche de celui des choses les plus profondes, tels que les Chiffres et les particules.

Bien sûr, il ne s’agit pas de la forme des chiffres secondaires dont les hommes ont limité le rôle à exprimer graphiquement les nombres. Par exemple dans le nombre 324, nous avons visuellement le Chiffre 3, puis le Chiffre 2 et enfin le Chiffre 4. Ces chiffres secondaires ont, dans l’opinion, pris la place des Chiffres primaires.

De même façon qu’on oublie le Théâtre au profit de ses aspects spectaculaires, on a oublié les Chiffres primaires par rapport aux chiffres secondaires, lesquels servent la soupe aux nombres.

Toutefois, afin de faciliter la compréhension du lecteur nous ne manquerons pas d’utiliser les nombres du système décimal (en italique).

A ceux qui nous feraient grief de ne pas référencer les Chiffres au code des calculatrices électroniques avec, seulement, le nombre 0 et le nombre 1, nous leur donnerons raison de rappeler qu’il n’existe pas qu’une seule manière d’employer les nombres pour compter. Mais nous préciserons que le processus binaire des calculatrices n’est qu’une synthèse, ô combien intelligente et efficace, dont nous ne nous privons pas de bénéficier. En positionnant ces deux nombres de différentes façons, le système binaire renvoie implicitement aux nombres habituels et fait de 0 et de 1 deux chiffres secondaires. Dès l’origine, la démarche binaire éloigne encore plus des Chiffres primaires.