VII – 2. Qu’est-ce que les sens ?

Posted by on Fév 18, 2016 in Blog, Les Chiffres au fond des nombres

Depuis des siècle, on effectue, quant au jeu de l’acteur, une double confusion entre interprétation et jeu de re-présentation, ainsi qu’entre le mécanisme du doublement et l’influence de l’Autre. Les deux confusions  relèvent de la même problématique, celle qui a pour objectif l’effacement, dans l’esprit humain, de la perception du complémentaire. Il ne s’agit pas d’une confusion secondaire mais d’un immense malentendu qui traverse toute l’histoire du Théâtre et les jugements que l’on porte sur cette pratique qui, contrairement à ce qu’on s’efforce de croire, est bien plus qu’une pratique artistique.

Il faudra attendre le monde des nombres pour que l’addition conquiert une place fondamentale. Auparavant les Chiffres se succédaient grâce au doublement et à la diminution (sans oublier la soustraction fondamentale, la division qui leur était corollaire et même le carré dont il faudra attendre bien longtemps avant qu’on ne le conceptualise). La théâtralisation est restée la seule pratique humaine où le doublement, plus exactement son expression, le double, est resté un mécanisme important. Un mécanisme s’arrogeant une place symbolique avec toutes les exagérations et les illusions que cela entraine.

Read More

VII -1. Le paradoxe sur le parallélisme

Posted by on Fév 11, 2016 in Blog, Les Chiffres au fond des nombres

Au travers de ce qui nous donne l’impression d’être « la même chose » agissent des nuances qui démontrent que, plutôt qu’une compacité indifférente, il y différence. Ces nuances différentielles sont les symptômes de la différence « générale » grâce à laquelle elles sont en mesure de se différencier. Parce que cette différence « générale » est aussi le motif de rassemblement d’un certain type de nuances, mais aucune de celles-ci n’est en droit de prétendre être le symbole déterminant de la différence « générale ». Sauf la différence du complémentaire !

Après tout, le complémentaire est un Chiffre comme un autre, puisque tout Chiffre est complémentaire d’un autre, à la limite c’est un anonyme. Vous nous direz que c’est le cas pour toutes les situations. Tout Chiffre (à part 0 et 9) est le double ou la moitié d’un autre, mais nous ferons remarquer qu’il s’agit d’un mécanisme « simpliste » et évident. Et nous en profiterons pour rappeler la conviction de Gaston Bachelard quant à l’idée de réalité « C’est essentiellement la conviction qu’une entité dépasse son donné immédiat, ou, pour parler plus clairement, c’est la conviction que l’on trouvera plus dans le réel caché que dans le donné évident ». (Cf.  » Le nouvel esprit scientifique » Gaston Bachelard. Presses Universitaires de France 1968 p 30).

Read More

VII – Le complémentaire fournit un sens

Posted by on Fév 11, 2016 in Blog, Les Chiffres au fond des nombres

Sommaire du chapitre VII : Le complémentaire fournit un sens

Read More

VI – 3. Les différentes fonctions des Chiffres de conjonction

Posted by on Fév 4, 2016 in Blog, Les Chiffres au fond des nombres

En occident, depuis la fixation d’un texte oral, les Acteurs – lesquels se retrouvaient entre eux puisque les femmes avaient été chassées pour longtemps de la scène – étaient, avant tout, chargés de proférer des significations. Progressivement, certains types de significations furent associés à certains types d’Acteurs qui, rappelons le, étaient des amateurs. Le Théâtre se professionnalisant, les différents types d’acteurs se spécialisent dans différents types de significations. Peu à peu, ces divers types de caractères extérieurs, ces espèces de caricatures, deviennent des caractères internes. Une sorte de caractérologie, assez rigide, se met en place. A partir de la caractérologie s’établiront des grilles « d »emplois ». Les Acteurs seront engagés dans les compagnies avec pour mission de remplir des emplois particuliers.

Cette notion d’emploi perdurera et elle perdure encore. Bien sûr, on ne la respecte plus mécaniquement, d’autant plus que les femmes ont pu enfin monter sur la scène. Et l’on se plait à pratiquer le contre-emploi qui, bien souvent, devient le bon emploi selon l’esprit des époques.

Read More

VI – 2. Fonction semi-absorbante des Chiffres de succession 3 et 6

Posted by on Jan 27, 2016 in Blog, Les Chiffres au fond des nombres

3 et 6 sont le double (doublement), la moitié (diminution) et le complémentaire l’un de l’autre :

3 x 2 = 6 ; 6 x 2 = 12 → 1 + 2 = 3 ; 3 x 5 = 15 → 1 + 5 = 6 ; 6 x 5 = 30 → 3 + 0 = 3  ;   9 – 3 = 6 ; 9 –  6 = 3.

3 et 6 sont différents l’un de l’autre mais leurs différences sont inverses les unes des autres. Ce constat dit que l’un n’est pas systématiquement plus rapide ou plus lent que l’autre. 3 et 6 n’indiquent donc pas une différence de vitesse, mais l’alternance propre à la succession. Evidemment, au cours de cette succession, il y a des accélération et des ralentissements mais ils ne sont pas dévolus automatiquement à l’un ou à l’autre des deux Chiffres.

Read More

VI – 1. Fonction absorbante des Chiffres circulaires 0 et 9

Posted by on Jan 21, 2016 in Blog, Les Chiffres au fond des nombres

Pourquoi appelons-nous 0 et 9 des Chiffres circulaires ? On construit un cercle au moyen de 0 et 9. 0 en est la circonférence (similitude formelle) et 9 en est le centre. Le monde numéral, avec la géométrie, inversera les rôles : 0, signe de rien, deviendra le centre.

Si, au stade des Chiffres, 0 est une circonférence et 9 un centre, lequel précède l’autre ? Question oiseuse, typique de notre monde macroscopique, mais indispensable à notre « raison ». Une circonférence a besoin d’un centre pour être un cercle, et un centre ne peut être tenu pour tel que s’il est celui d’une forme. Notre raison éprouve toujours une certaine réticence à l’encontre de la « corrélation ». Pas de circonférence exempte d’un centre ni de centre hors d’une forme, mais un centre n’est-il pas toujours lui-même un cercle ?

Pourquoi un cercle ? Parce que, dans un même temps, un cercle est une ligne qui entoure une surface dont on se demande si elle est quelque chose. Elle entoure quelque chose dont on se demande si il est quelque chose ! De plus, sans épaisseur, une ligne est déjà un objet ambigu. A l’image de la ligne, le centre est un OVNI.

Nous n’employons pas fortuitement l’expression  » à l’image » : le centre serait une image de la circonférence, 9 une image de 0. Une image kaléidoscopique qui donne l’impression de la succession  et de la pluralité là où on ne voyait rien. 9 permet à 0 d’offrir l’impression qu’il n’est pas rien. On existe quand on est capable de produire une impression. Non seulement 0 n’est pas rien, mais en plus il donne sa raison d’être à 9.

 

0 et 9 sont complémentaires. Selon les rapports qu’entretiennent deux Chiffres complémentaires, 0² doit être égal à 9² = 9. Nous l’avons dit, le carré de 0 s’obtient en soustrayant 0 de 0, une façon pour 0 de se représenter à lui-même. D’ailleurs quel pourrait bien être ce « lui-même » puis qu’il s’agit de quelque chose de nul ?

Et bien, on fait « rendre gorge » à cette nullité afin de voir s’il est possible d’en retirer la moindre chose.

 

Selon l’esprit des Chiffres, quand on soustrait un Chiffre à lui-même, pour le reste on a le choix : soit celui de l’annulation → x – x = 0, soit celui de la remise en fusion → x – x = 9. Le cas de 0 est particulier, puisque si l’on choisit 0 – 0 = 9, on choisit comme reste le complémentaire de 0.

Pourquoi 9, est-il le complémentaire de 0 ? Parce que le complémentaire d’un Chiffre est ce qui reste de la soustraction de ce Chiffre  de 9 → 9 – 0 = 9.

Donc 9 est, non seulement par rapport à 0, le Chiffre dans lequel tout Chiffre retourne en cas d’annulation, mais aussi son complémentaire ! En quelque sorte, en soustrayant 0 de 0, on désabsorbe 0 de 0. Démarche incroyable quand on sait que les Chiffres complémentaires 0 et 9 sont des Chiffres absorbants.

0 est plus absorbant que 9. Tout Chiffre multiplié par 0 ou par 9, a pour produit 0 ou 9, mais la multiplication 0 x 9 a pour résultat 0. Ce qui correspond  à l’équilibre de chaque couple complémentaire : « l’esprit » du carré se trouvant plutôt du côté d’un des deux partenaires, tandis que « l’esprit » de la multiplication se trouverait plutôt de l’autre.

Mais cette dernière nuance n’est pas valable pour les deux Chiffres de succession 3 et 6 puisque le carré de chacun est le même que leur produit → 3 x 3 = 3 x 6 = 9.

Read More

VI – Les Fonctions des Chiffres

Posted by on Jan 21, 2016 in Blog, Les Chiffres au fond des nombres

Sommaire du chapitre VI : Les Fonctions des Chiffres

  1. Fonction absorbante des Chiffres circulaires 0 et 9
  2. Fonction semi-absorbante des Chiffres de succession 3 et 6
  3. Les différentes fonctions des Chiffres de conjonction
Read More